Bill Gates devient le plus grand propriétaire de terres agricoles aux États-Unis et annonce des « pénuries alimentaires » pour l’humanité

SOURCES : https://www.anguillesousroche.com/etats-unis/bill-gates-devient-le-plus-grand-proprietaire-de-terres-agricoles-aux-etats-unis-et-annonce-des-penuries-alimentaires-pour-lhumanite/

Le récent accaparement de terres par Bill Gates a fait de lui, presque du jour au lendemain, le plus grand propriétaire agricole des États-Unis.

Avec Gates prenant le contrôle de l’approvisionnement alimentaire de l’Amérique, est-ce une coïncidence que des institutions mondialistes comme l’ONU aient soudainement commencé à mettre en garde contre une pénurie alimentaire mondiale imminente ?

https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-7260353128276049&output=html&h=250&slotname=7994980610&adk=2499192049&adf=3144821920&pi=t.ma~as.7994980610&w=300&lmt=1648322677&psa=0&format=300×250&url=https%3A%2F%2Fwww.anguillesousroche.com%2Fetats-unis%2Fbill-gates-devient-le-plus-grand-proprietaire-de-terres-agricoles-aux-etats-unis-et-annonce-des-penuries-alimentaires-pour-lhumanite%2F&wgl=1&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMC4wIiwieDg2IiwiIiwiOTkuMC40ODQ0Ljc0IixbXSxudWxsLG51bGwsIjY0IixbWyIgTm90IEE7QnJhbmQiLCI5OS4wLjAuMCJdLFsiQ2hyb21pdW0iLCI5OS4wLjQ4NDQuNzQiXSxbIkdvb2dsZSBDaHJvbWUiLCI5OS4wLjQ4NDQuNzQiXV0sZmFsc2Vd&dt=1648322675904&bpp=1&bdt=832&idt=1110&shv=r20220323&mjsv=m202203210101&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&prev_fmts=0x0%2C874x280&nras=1&correlator=7468187780060&frm=20&pv=1&ga_vid=1530867969.1648322676&ga_sid=1648322677&ga_hid=1047734671&ga_fc=1&u_tz=60&u_his=1&u_h=1080&u_w=1920&u_ah=1080&u_aw=1810&u_cd=24&u_sd=1&dmc=8&adx=577&ady=1545&biw=1793&bih=1009&scr_x=0&scr_y=600&eid=44759876%2C44759927%2C44759837%2C21067496&oid=2&pvsid=3666756057197694&pem=142&tmod=110341656&uas=0&nvt=1&ref=https%3A%2F%2Ft.co%2F&eae=0&fc=1920&brdim=110%2C0%2C110%2C0%2C1810%2C0%2C1810%2C1080%2C1810%2C1009&vis=1&rsz=%7C%7CeE%7C&abl=CS&pfx=0&fu=0&bc=31&ifi=3&uci=a!3&fsb=1&xpc=HRhkaNLcDW&p=https%3A//www.anguillesousroche.com&dtd=1113

Certains experts disent que ce n’est pas du tout une coïncidence.

Au total, M. Gates possède aujourd’hui environ 242 000 acres de terres agricoles, avec des actifs totalisant plus de 690 millions de dollars. La terre, c’est la richesse, la terre, c’est le pouvoir et, plus important encore, des centaines de milliers d’acres de terres agricoles donnent à Gates la possibilité de contrôler l’humanité d’une manière dont il n’a fait que rêver auparavant.

Mais que se passe-t-il si les allégations de pénurie alimentaire ne sont qu’une dangereuse imposture et que Gates trompe l’humanité afin de la couvrir et d’inaugurer une nouvelle ère d’agriculture intensive en produits chimiques et de style industriel ?

Partout où Bill Gates exerce son métier, un désastre pour l’humanité se profile.

Par PresbyterianMission :

Vous avez sans doute vu des publicités sur la nécessité de nourrir le monde. On y affirme que d’ici 2050, nous devrons augmenter la production alimentaire de 50 %. Ces publicités proviennent de sociétés agro-industrielles telles que ADM, Cargill et Bayer-Monsanto, et sont ensuite reprises par les médias et les universitaires, malgré le fait que cette affirmation ne repose sur aucune base scientifique.

Et si l’urgence de « nourrir un monde affamé et en pleine croissance » était un faux-fuyant ?

Ces affirmations alarmantes sont non seulement erronées, mais aussi dangereuses, affirme Jonathan Latham, cofondateur et directeur exécutif du Bioscience Resource Project et rédacteur en chef d’Independent Science News, ainsi que de nombreux autres chercheurs, dont Serban ScrieciuMichael Reilly et Dirk WillenbockelTimothy WiseFrances Moore Lappé et Joseph Collins.

Dans l’article de Latham, « Agriculture’s Greatest Myth: There Isn’t an Impending Food Crisis » (avril 2021), il donne quatre raisons pour lesquelles ces affirmations sont fausses. Et si Latham a raison, l’approche de Bill Gates en matière d’agriculture est non seulement erronée, mais aussi préjudiciable aux agriculteurs, à l’environnement et aux efforts de lutte contre le chaos climatique.

Depuis des décennies, et malgré l’opposition de nombreuses parties, Bill Gates et sa fondation ont imposé à l’Afrique une agriculture industrielle à forte intensité chimique par le biais de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA).

Dans une lettre récente adressée à la Fondation Gates, l’Institut interconfessionnel pour l’environnement des communautés religieuses d’Afrique australe a déclaré :

« Nous demandons instamment à la Fondation Gates de cesser de promouvoir une ‘révolution’ verte qui impose des technologies et des semences contrôlées par des entreprises ayant des intérêts particuliers. Elle devrait plutôt s’intéresser et apprendre des petits agriculteurs du monde entier qui s’efforcent de construire des systèmes alimentaires alternatifs, socialement justes et écologiquement durables. »

Pourtant, Gates et les entreprises agroalimentaires participant à l’AGRA poursuivent leur modèle de semences génétiquement modifiées et d’agriculture chimique, motivé par les profits et justifié par la nécessité de nourrir une population croissante.

Latham affirme que ce raisonnement est erroné. Il affirme que les modèles alimentaires mondiaux sous-estiment l’offre alimentaire mondiale et surestiment la demande, et qu’ils prédisent donc une crise alors qu’il n’y en a pas. Dans son nouvel article, The Myth of a Food Crisis (Le mythe de la crise alimentaire), Latham critique le modèle GAPS des Nations unies pour l’estimation de l’offre et de la demande alimentaires – et par extension, il réfute la validité de tous les modèles de systèmes alimentaires similaires.

Latham résume les quatre principales failles :

1) Les biocarburants sont motivés par la « demande ».

https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-7260353128276049&output=html&h=280&slotname=3140126216&adk=2224350451&adf=3046289045&pi=t.ma~as.3140126216&w=874&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1648322677&rafmt=1&psa=0&format=874×280&url=https%3A%2F%2Fwww.anguillesousroche.com%2Fetats-unis%2Fbill-gates-devient-le-plus-grand-proprietaire-de-terres-agricoles-aux-etats-unis-et-annonce-des-penuries-alimentaires-pour-lhumanite%2F&fwr=0&fwrattr=true&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMC4wIiwieDg2IiwiIiwiOTkuMC40ODQ0Ljc0IixbXSxudWxsLG51bGwsIjY0IixbWyIgTm90IEE7QnJhbmQiLCI5OS4wLjAuMCJdLFsiQ2hyb21pdW0iLCI5OS4wLjQ4NDQuNzQiXSxbIkdvb2dsZSBDaHJvbWUiLCI5OS4wLjQ4NDQuNzQiXV0sZmFsc2Vd&dt=1648322675905&bpp=1&bdt=833&idt=1115&shv=r20220323&mjsv=m202203210101&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&prev_fmts=0x0%2C874x280%2C300x250&nras=1&correlator=7468187780060&frm=20&pv=1&ga_vid=1530867969.1648322676&ga_sid=1648322677&ga_hid=1047734671&ga_fc=1&u_tz=60&u_his=1&u_h=1080&u_w=1920&u_ah=1080&u_aw=1810&u_cd=24&u_sd=1&dmc=8&adx=290&ady=4317&biw=1793&bih=1009&scr_x=0&scr_y=600&eid=44759876%2C44759927%2C44759837%2C21067496&oid=2&pvsid=3666756057197694&pem=142&tmod=110341656&uas=0&nvt=1&ref=https%3A%2F%2Ft.co%2F&eae=0&fc=1920&brdim=110%2C0%2C110%2C0%2C1810%2C0%2C1810%2C1080%2C1810%2C1009&vis=1&rsz=%7C%7CeEbr%7C&abl=CS&pfx=0&fu=128&bc=31&ifi=4&uci=a!4&btvi=1&fsb=1&xpc=MrVqWcOy1h&p=https%3A//www.anguillesousroche.com&dtd=1118

Comme le montre l’article, les biocarburants sont incorporés dans le GAPS du côté de la demande des équations. Cependant, les biocarburants découlent d’efforts de lobbying. Ils existent pour résoudre le problème de l’offre excédentaire de produits agricoles. Puisque les biocarburants ne contribuent pas ou peu à la durabilité, les terres utilisées pour eux sont disponibles pour nourrir les populations en cas de besoin. Cette disponibilité potentielle (par exemple, 40 % du maïs américain est utilisé pour l’éthanol de maïs) fait qu’il est tout à fait erroné pour GAPS de traiter les biocarburants comme une demande inévitable sur la production.

2) Les systèmes actuels de production agricole sont optimisés pour la productivité.

Comme le montre également le document, les systèmes agricoles ne sont généralement pas optimisés pour maximiser les calories ou les nutriments. En général, ils optimisent les profits (ou parfois les subventions), avec des résultats très différents. Pour cette raison, pratiquement tous les systèmes agricoles pourraient produire beaucoup plus de nutriments par acre sans coût écologique si on le souhaitait.

3) Les « potentiels de rendement » des cultures ont été correctement estimés.

En prenant l’exemple du riz, le document montre que certains agriculteurs, même dans des conditions sous-optimales, obtiennent des rendements bien supérieurs à ceux considérés comme possibles par GAPS. Ainsi, les plafonds de rendement supposés par GAPS sont beaucoup trop bas pour le riz et probablement pour d’autres cultures. Par conséquent, GAPS sous-estime largement le potentiel agricole.

4) La production alimentaire mondiale annuelle est approximativement égale à la consommation alimentaire mondiale.

Comme le montre également l’article, une proportion importante de la production mondiale annuelle finit en stockage où elle se dégrade et est éliminée sans jamais être comptabilisée par les BPAH. Il y a donc un très grand trou comptable dans GAPS.

Les manières spécifiques dont ces quatre hypothèses sont incorporées dans GAPS et d’autres modèles produisent l’un des deux effets suivants. Chacune d’entre elles entraîne une sous-estimation de l’offre alimentaire mondiale (aujourd’hui et à l’avenir) ou une surestimation de la demande alimentaire mondiale (aujourd’hui et à l’avenir).

Une partie de ce qui précède est technique, mais une conclusion importante est que :

1) Le modèle agricole dominant, dirigé par les entreprises, est fondé sur la surproduction, qui produit des prix bas pour les produits agricoles de base au profit des entreprises agroalimentaires, plutôt que sur un modèle agroécologique conçu pour offrir aux agriculteurs et aux consommateurs une alimentation saine et abordable. Et le mythe de « nourrir un monde affamé » est fabriqué pour justifier l’approche dominante.

Une autre conclusion est :

2) Il n’y a pas de pénurie mondiale de nourriture – ni maintenant ni dans un avenir prévisible.

Même avec la croissance démographique et l’évolution des régimes alimentaires, la production mondiale peut facilement dépasser l’augmentation de la demande. En fait, la surabondance actuelle et future se poursuivra et entraînera probablement une baisse des prix des produits de base.

La façon dont les perturbations climatiques pourraient modifier le terrain de jeu est un facteur imprévisible. Mais promouvoir l’agriculture industrielle comme moyen d’atténuer le changement climatique ou de s’y adapter, alors que les systèmes alimentaires industrialisés sont les principaux émetteurs de dioxyde de carbone, défie toute logique.

Il convient au contraire de promouvoir l’agroécologie, qui piège le carbone atmosphérique dans le sol, et de la transposer à grande échelle pour :

  • refroidir la planète
  • fournir une meilleure nutrition
  • répondre aux besoins des agriculteurs et
  • protéger la diversité biologique et l’intégrité des écosystèmes dans le monde entier.

L’alarmisme concernant les pénuries futures, surtout si l’on tient compte des énormes erreurs de calcul, ne devrait jamais servir à rationaliser l’expansion de l’agriculture, surtout lorsque notre modèle agricole surproductionniste entraîne l’accaparement des terres, la destruction des écosystèmes et le changement climatique, ainsi que la destruction des moyens de subsistance des petits exploitants agricoles et des économies des nations les plus pauvres qui dépendent de l’agriculture. Les fausses préoccupations concernant l’alimentation d’un monde affamé sont utilisées pour justifier l’agriculture de type AGRA, caractérisée par une utilisation intensive de pesticides et d’engrais et par le génie génétique.

Bill Gates a tout faux et l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) est une dangereuse imposture.

Pour en savoir plus sur l’AGRA, consultez nos partenaires d’AGRA Watch.

Vous pourriez également aimer...